Cliquer sur les petites flèches pour voir les différents événements passés

Matinée-rencontre du 19 janvier 2020 avec Catherine Simard et Alexis Caron-Pgeau

(Album souvenir: à venir)

Résumé de la matinée-rencontre 19 janvier 2020 avec Catherine Simard et Alexis Caron-Pageau (à venir)

Matinée-rencontre du 17 novembre 2019 avec Daniel Dupont


Résumé de la matinée-rencontre du 17 novembre 2019 avec Daniel Dupont

Le dimanche 17 novembre 2019, dans le cadre de sa série de matinées-rencontres, la Société de promotion de la photographie du Québec (SPPQ) a eu le plaisir de recevoir monsieur Daniel Dupont comme conférencier.

Plus de 150 participants ont pu profiter des conseils de ce photographe et pédagogue chevronné qui s’était donné comme objectif, en ce beau dimanche matin, de répondre aux questions suivantes : « Comment améliorer la qualité de vos photos et comment en améliorer le contenu artistique? ». Défiant le froid qui subissait à l’extérieur, monsieur Dupont a rapidement réchauffé l’assistance avec sa verve, ses rafales de questions / réponses qui attisaient notre attention, ses anecdotes savoureuses, sa bonhomie et ses propos fort pertinents.

Son leitmotiv fut certainement : « Si dans un site intéressant que vous avez choisi de photographier, vous ne faites qu’une seule photo, ce sera forcément votre meilleure photo. Si, au contraire, vous multipliez vos photographies, en variant les angles, le cadrage, l’exposition, etc., alors vous aurez l’avantage de pouvoir choisir votre meilleure photo. » Ceci se révèle particulièrement vrai quand on souhaite exposer ses œuvres, les soumettre à un concours, ou simplement capter l’attention de ses amis.

Sans dénigrer le post-traitement parfois indispensable, monsieur Dupont fait partie de ces photographes très prolifiques qui ont peu de temps à passer devant leur ordinateur et qui préfèrent se consacrer au travail sur le terrain. Avec plus de 75 000 (!) clics par année, on peut comprendre son souci de faire la quasi-totalité du travail photographique lors de la prise de vue. Ainsi, il est friand d’une utilisation presque systématique des filtres (filtres à densité neutre, filtres dégradés ou filtres polarisants), en particulier pour la photo de paysages. Il est rare qu’il retouche les photos qu’il voit sur l’écran au dos de son boîtier.

Lors de la pause et à la fin de sa conférence, les participants ont pu discuter avec notre conférencier, faire l’acquisition de l’un ou l’autre de ses magnifiques livres et peut-être pour faire germer dans leur tête le rêve d’un safari photo, guidé par monsieur Dupont, en Afrique du Sud, en Islande ou dans d’autres destinations magiques. Chose certaine, tous sont rentrés chez eux impatients de mettre en pratique les enseignements du « professeur » Dupont (il a effectivement enseigné au CÉGEP pendant plus de 20 ans et son talent de pédagogue ne fait aucun doute).

Richard Basque

Matinée-rencontre du 20 octobre 2019 avec Michel Bury

Résumé de la matinée-rencontre du 20 octobre 2019 avec Michel Bury

L’objectif de la conférence s’adressait autant aux débutants en photographie qu’aux photographes avancés.

Les sujets abordés furent:
– la comparaison (avantages et inconvénients) entre un zoom et un téléobjectif;
– la différence dans l’équipement photographique (poids, etc.);
– les sept facteurs de succès  (saisir des comportements dynamiques; garder l’œil dans le viseur; soigner l’arrière-plan; faire la mise au point sur l’œil; intégrer l’environnement; maîtriser la technique d’autofocus; être patie);
– les avantages à utiliser les boutons AF-ON et la mise au point avec le bouton arrière;
– les 4 positions clés (l’utilisation de la lumière, la position du boîtier versus le sujet, le corps et la tête du sujet et l’arrière-plan;
– les techniques de composition (en parallèle, en opposition, en cohabitation, en répétition, etc.);
– les techniques du high key et du low key.

Voici les principaux conseils formulés par Michel Bury:
– l’important est de faire une meilleure photo à la prise de vue;
– bien maîtriser son boîtier pour effectuer les réglages;
– la photo en noir et blanc fait ressortir la texture.

En terminant, Michel Bury souligne qu’il n’y a pas de vitesse d’obturation magique, ni un mode (manuel, priorité d’ouverture, etc.) ni une seule façon de faire car il n’y a pas de recette photographique.

En guise d’ultime conclusion, il nous laisse avec une citation d’Ansel Adams : « Il n’y a aucune règle pour faire de bonnes photographies, il y a seulement de bonnes photographies. »

Rappelons-nous tout de même des sept facteurs de succès!

Nathalie Tourangeau

Matinée-rencontre du 15 septembre 2019 avec Heidi Hollinger

Résumé de la matinée-rencontre 15 septembre 2019 avec Heidi Hollinger

C’est une salle conquise d’avance qui a accueilli Heidi Hollinger pour la première rencontre de la saison organisée par la SPPQ. Elle nous a entrainés avec elle dans les rues de La Havane pour nous présenter un des peuples les plus chaleureux au monde: ces Cubains qui regardent les gens dans les yeux. C’est en vivant parmi eux cinq mois par année, depuis une quinzaine d’années, qu’elle a progressivement développé une connaissance intime de ce pays.

Havane est une ville que les photographes apprécient pour son histoire chargée d’un fabuleux patrimoine architectural colonial espagnol, Art déco et moderne. Ils aiment aussi la disponibilité des personnes qui acceptent volontiers de se faire photographier. Heidi trouve que c’est le peuple le plus résilient du monde.

Tout au long de sa conférence, elle nous a fait découvrir la capitale de Cuba par ses très belles photos et des anecdotes de ses rencontres avec des photographes réputés comme Enrique Rottenberg et Roberto Salas. Elle nous a mentionné que la ville avait une couleur sarcelle, ou presque.

Elle nous a partagé ses coups de cœur et les endroits qu’elle fréquente depuis trente ans. Elle nous a fait découvrir les artistes de la relève et sa plage secrète. Heidi nous a entraînés parfois hors de la vieille Havane pour nous emmener dans la jungle ou dans un petit village de pêcheurs devenu le paradis de la mosaïque.

Heidi a eu un coup de foudre pour La Havane en 1989 lors d’un premier voyage. Elle a su nous transmettre sa passion pour les Havanais. Elle nous conseille d’éviter la période de mai à octobre à cause des ouragans et la période de mai à septembre pour la chaleur intense. L’assemblée a applaudi chaleureusement Heidi pour sa disponibilité et ses nombreux conseils sur La Havane.

Nicole Boucher