À l'aube d'un changement L'art évanescent: la quête salvatrice de la beauté de la nature

 

Un reportage sur la conférence de Lucie Gagnon: L'art évanescent  


 

Corrie HeeremansLe mot de Corrie

Montréal, le 9 septembre

Par Corrie Heeremans et Nicole Boucher.

« Être au bon endroit au bon moment » 
   Une conférence de Lucie Gagnon

Les notes sur cette conférence ont été colligées par Nicole Boucher.
Je me suis inspirée de ses mots pour écrire cet article.

La rentrée des matinées-rencontres est toujours une journée fébrile.
Saurons-nous attirer les photographes amateurs par un beau dimanche matin de fin d'été???
M. Paul Fortier, le président, a pu souhaiter la bienvenue à plus de 125 personnes venues entendre Madame Gagnon.  
Une vingtaine parmi eux en était à leur première visite.

« Il faut être au bon endroit au bon moment. » Voilà l'entrée en matière de Lucie Gagnon...
L'art évanescent: la quête salvatrice de la beauté de la nature.
Un titre qui, à première vue, semble un peu ésotérique mais le propos subjugue.

L'art évanescent est un moment rare en photographie, un moment unique.
Le repérage est important: endroit esthétique, beau où l'art est propice. La planification selon les conditions météorologiques est primordiale.
Il faut profiter de chaque moment pour observer la beauté de l'endroit et voir apparaître toutes les facettes de la lumière... tenir compte des ombrages...
capturer le magnifique paysage du soleil couchant en se rappelant que l'art évanescent est fugace..

Aller au même endroit plusieurs années de suite afin de suivre les changements de la nature.  
Tout évolue: la lumière, le ciel, l'humidité créant de la brume... l'apparition de givre... D'heure en heure, la nature change.
Obtenir toutes ces conditions demande une grande patience. Il lui aura fallu jusqu'à 4 années d'attente pour réussir LA photo désirée...
L'attente en a valu la peine... Nous avons admiré une photo absolument superbe.
Prendre le temps de s'imprégner du moment présent, de s'arrêter et d'adminer la beauté de l'endroit...
Attendre, regarder... ne pas fuir... car si l'on pense que ce sera mieux plus loin on peut perdre un moment unique, qui ne reviendra jamais.
Le meilleur allié du photographe est le temps pour sentir les émotions.
Elle compare le photographe à un musicien. Celui-ci doit pratiquer pour transmettre l'émotion alors que le photographe doit le faire sur le terrain pour parfaire son art.

Il y a 5 passeports pour découvrir l'extraordinaire de l'ordinaire:

  • L'amour de la nature dans le respect et la sincérité
  • La sensibilité comme unique réponse à la compréhension du paysage
  • L'émerveillement : avoir et conserver son cœur d'enfant
  • La curiosité
  • Le silence: ambiant pour entendre la nature et intérieur pour aller à la rencontre de celle-ci
       

La rencontre s'est terminée avec la présentation de deux courts diaporamas sur des sorties effectuées sur plusieurs années.
«La beauté à travers les saisons.»  
Magnifique!

La satisfaction de l'auditoire s'est manifestée autant par le silence éloquent tout au long de la conférence que par les applaudissements nourris à la fin de la rencontre.

Ce fut un privilège que de recevoir cette dame.
www.lugaphoto.com

*Rappelons que quelques-uns de nos commanditaires étaient avec nous : François Desrosiers de Lozeau, François Mellet de Panasonic et Gérard Rousseau de Candiac Toyota.

 


galerieGC

 L'exposition à la Galerie Gaston Chouinard 

 

Le club photo de Terrebonne a exposé une vingtaine d'œuvres de ses photographes.

La photo Coup de cœur fut celle de Michelle Julien avec Les deux petits frères. Un montant de 50$ lui a été offert .
Le nom de Mario Cloutier est sorti du chapeau. Il remporte le prix du vote gagnant, un montant de 50$.
Thao Pham a remporté le prix de présence, un billet de 50$.
Notez que les prix sont une gracieuseté de la Société.


 

Gagnants du choix du public, prix de présence, votant