«Ma revanche sur la laideur du monde…»

 

Corrie HeeremansLe mot de Corrie

Montréal, le 17 janvier 2016.
Par Corrie Heeremans, photos de Jean-Christophe Marin.
 

« Ma revanche sur la laideur du monde… »

Il peut arriver que faire le compte-rendu d’une matinée-rencontre devienne redondant, mais jamais les conférenciers ne le sont.

Sophie Thibault est tombée dans la photographie il y a 2 ½ ans lorsqu’elle a reçu en cadeau un Nikon D3100. Ce moment a été le déclencheur qui l’a poussé plus loin. Elle a vite voulu en savoir plus pour aller au-delà de la photo « snapshot ». Elle a suivi quelques cours de photographie, mais a beaucoup travaillé en autodidacte en se nourrissant de tutoriels sur internet.

Et voilà que son petit D3100 ne lui suffit plus. Avec l’achat d’un D7000 puis vite un D850, elle apprivoise lentement l’image. Mathieu Dupuis, Vincent Munier, Laurence Labat deviennent ses sources d’inspiration. Elle a trouvé son X et restera vissée dessus pour longtemps…

Elle s’accroche aux 3 H : Head, Heart, Hand… pour l’énergie créatrice. Elle se retrouve ainsi dans un mode de vie au-dessus des autres et prend sa revanche sur la laideur du monde et va à la recherche de sa beauté…

Elle a du mal avec la finalité, la fuite du temps… « Parfois, vous ne connaissez pas la valeur d’un moment jusqu’à ce qu’il devienne un souvenir. »

Gosselin Photo lui a permis d’exposer ses images dans le cadre d’une collecte de fonds pour la société de la sclérose en plaques.

Et, elle voyage… Le récit de sa croisière sur le Danube, ponctué d’images obtenues avec son nouveau D750, nous a fait naviguer dans de belles eaux. Quatre pays, des siècles d'histoire, de splendides découvertes : de Budapest à Nuremberg, en terminant à Prague, elle ne savait plus où donner de l’objectif. En groupe, il est parfois difficile de sortir du cadre donc il faut s’évader, fuir… afin de créer l’occasion de faire de la photo. Une femme intelligente, avec un humour sagace…

La navigation fut cependant courte et pendant le temps restant de la Matinée-rencontre, Serge Froment nous a donné un aperçu de la prochaine matinée…

Bio.
Sophie Thibault a débuté à TVA en 1988. À l'été 1990, elle couvre la crise d'Oka. Plus tard, on lui confie le poste de journaliste à l'émission Salut Bonjour. Elle a également collaboré à l'émission Le Match de la vie animée par son collègue Claude Charron.
En 2002, à la suite du départ de Simon Durivage, elle est la première femme en Amérique du Nord à être nommée chef d'antenne d'un grand bulletin de fin de soirée1, Le TVA 22 heures désormais appelé « TVA Nouvelles de 22 heures », où elle a un auditoire moyen de 650 000 personnes. À la suite de cette nomination, Sophie Thibault fait l'objet d'une thèse aux États-Unis : La Perspective féminine dans les téléjournaux2.
Elle est l'instigatrice et porte-parole de la Tournée de l'espoir pour la Société canadienne de la sclérose en plaques, maladie dont sa mère, Monique Larouche-Thibault, auteure et journaliste, a été atteinte pendant plus d'un demi-siècle. Cette dernière est décédée en 2008. Son père, directeur du service de l'information à Radio-Canada, Marc Thibault, est quant à lui décédé en 2006. En février 2009, Sophie Thibault publie comme coauteure son premier roman « Telle mère, quelle fille? » qui mentionne notamment sa relation houleuse avec sa mère, décédée un an plus tôt. Certains ont critiqué l'étalage de sa vie familiale dans un pareil ouvrage sans qu'elle se prête avec la même ouverture aux médias sur sa vie amoureuse.

 

 

underground-films.cc